Manifester n’est pas un crime

La foule déambule

Crie sa rage chante refuse accuse

Ils sont là,

les forces de l’ordre lui faisant face

armés rodés blindés

-oserais-je dire apeurés?-

La masse scande des slogans scotchants

des scélérats s’y sont immiscés

hargneux, l’arme au poing, ils foncent

Soudain, c’est la débandade.

des mouvements désordonnés,

des gens allongés, piétinés

Les matraque frappent

les coups pleuvent

Pieds et poings liés

des innocents sont arrêtés

La manif a dérapé.

c’est la triste révolte des indignés

Publicités