Aux enfants de la toile

Aux enfants de la toile qui grimpent vers les étoiles

Les drapeaux de prières flottent au vent. Un moineau s’offre à ma vue, il vient chiper une brindille sur la jardinière. Il serait grand temps que je la refleurisse.

Quand je suis arrivée dans cet appartement, au coeur du centre ville, je ne l’avais pas choisi. À cette époque, mon corps n’était plus capable d’emmagasiner la moindre dose de stress. Je me souviens que la mairie parlait de réaménager la zone pour construire une tour à habitations juste à la place de cette toile qui n’aurait même pas été déplacée. Elle aura juste disparu, comme ça, Pouf !

Alors que je le vois bien, moi, qu’il n’y a pas plus investie qu’elle.

Tous les petits spidermen, du soir au matin ; des alpinistes sur le toit du monde, des navigateurs scrutants l’horizon, des champions sur le haut du podium, des oiseaux dans leur nid, des aigles royaux, des singes grimpeurs, plein de vitalité, bipèdes peu farouches, des explorateurs cosmonautes, des pirates funambules…

Depuis ma fenêtre, j’observe, le sourire aux lèvres,

l’instant des multiples possibles,

la victoire des morceaux de liberté

sur les briques encimentées.

L’immeuble ne sera jamais construit.

Aussi longtemps que je resterai ici, je n’aurai pas de vis-à-vis.

Je pourrai continuer à regarder l’immensité du ciel

et être témoin des joies et des peines

des enfants de la toile

grimpant vers leurs étoiles.

Publicités

Kalaallit Nunaat, la terre verte

consigne: carte postale fictive depuis un pays aléatoire. intégrer des mots de leur langue qui sont passés dans notre langage courant

Chèr.e.s,

Enfin j’y suis ! Quel bonheur d’être arrivée au Groenland, Royaume indépendant du Danemark. Depuis le temps que je rêvais de vivre ces jours sans fin et respirer l’air du grand Nord.. J’ai quitté Nuuk, la capitale, hier pour arriver dans ce petit village qui ne compte qu’une seule voiture pour tous les habitants (par contre, ils possèdent tous un motoneige). Ici, la majorité des résidents sont descendants d’inuit et parlent encore le Kalaallisut -les adultes du moins- Parmi les civilisations des Premières Nations, c’est le langage arctique le plus vivace. Les enfants eux, glissent en traîneau suivi par des huski ou font du vélo sur la banquise. Je dois avouer que j’ai été amusée de voir l’un d’eux se régaler d’un esquimau glacé, la scène était plutôt inattendue et j’ai regretté de ne pas avoir mon appareil sous la main. Mon plus gros anorak ne suffit pas malgré que nous soyons en été. Il fait froid la nuit, et j’ai du mal à trouver le sommeil puisqu’il y fait comme en plein jour. Toutefois, mes yeux fatigués et moi-même ne nous repaissons pas du spectacle que m’offrent les soleils de minuits. Demain, je pars en kayak vers le fjord avec un inuk. Peut-être y apercevrais-je un rorqual ou des bélugas, qui sait ? Mon guide est semi-nomade et pratique encore la chasse au phoque. J’ai beau être végétarienne, cela ne m’empêche pas de respecter le fait qu’il vive encore de cette tradition. Dans les prochains jours, des italiens doivent arriver. Nous pourrons alors partir en hélicoptère vers la baie d’Uummannaq pour démarrer la randonnée. J’ai hâte ! On m’a dit que cette montagne est en forme de coeur…
Sous ces bons auspices, je t’envoies mes meilleurs pensées.

Psst : si tu veux savoir, non, je ne dors pas dans un iglu 😉 et oui, promis, je remettrai un bisou de ta part à Nanoq, l’ours polaire, si je le vois

**tendresse

Brève d’espoir

postalement dédicacé à MuLiFu

Chers,

Merci pour vos gentils mots

Je suis prise par ma vie bruxelloise

mais ça ne m’empêche pas de penser trèèès souvent à vous

Je me répare et me rafistole

Je pousse et épouse mes limites

je me façonne, m’illusionne

Je vis, ris, tempête, chagrine

J’expérimente et j’invente

Je fonce et je plonge et je me plante aussi

(je grandi quoi, portée par vos bonnes pensées)

Et comment se porte votre jardin potager ?

Bien à vous,

Bisous

Les petits plaisirs

 à la famille Raemdonck-Didelez 

 » Une ribambelle de belles frimousses pastels

parsèment les pavés de l’allée

Des soleils jonglent la jungle colorée

de mon jardin adoré.

La marelle, là,

attend, patiente,

la prochaine pause des enfants du quartier

Heure du thé, odeur d’été.

Les petiots crayonnent des arc-en-ciel

aux tracés imprécis

fusionnent étoiles et autres merveilles

sorties de l’imaginaire débonnaire.

Excès de simplicité, candeur d’authenticité.

La gourmandise dévorante d’une palette de futurs souvenirs

créés au milieu de l’antre de l’enfance

Les miettes des restes de cake chocolaté

appellent les volatiles batifolant dans le plaisir présent,

inconscients aux jeux inventés, très sérieusement incarnés,

qui peuplent le quartier

J’arrose ma plénitude de ces petits bonheurs cléments

Je savoure sans détours ces jours troubadours

Là, la farandole étiolée,

témoin d’absolues vérités,

restera à jamais dans mon coeur gravée »

A ne pas ouvrir avant mes 30 ans

La consigne: "Toute ma vie j'ai rêvé" - décrire quelle serait votre vie si vous aviez réalisé le métier de vos rêves

Aujourd’hui Monsieur Messier nous a donné le devoir de faire une lettre pour nous quand on sera grand. Je dois réfléchir à comment je serai quand je serai une adulte avec mon travail, ma maison et mes enfants.

Cher (Chère) Laetitia,

Je t’écris de ma chambre. J’ai 7 ans 3/4. Comment vas-tu ? Moi, ça va. Aujourd’hui, j’ai mangé du hachis parmentier, mon plat préféré. A l’école, c’était l’anniversaire de Julie. Comme d’habitude, Monsieur Messier en a profité pour faire des fractions [avec le gâteau]. C’est toujours la même chose, non mais c’est énervant. On peut même pas profiter d’un petit moment de paix. Pendant la récré, il s’est passé un truc important : Aurélia est venue en rigolant et a jeté un papier sur moi. Quand je l’ai ouvert, c’était écrit : Tu veux être mon amoureuse ? Signé : Stéphane. J’ai vu qu’il me regardait de loin mais j’ai pas osé lui parler. Il était tout le temps avec Omy, Nuno et Fabian et puis la cloche a sonné. J’ai voulu répondre avec une lettre mais Monsieur Messier l’aurait vu. Je l’aime bien Stéphane. Je crois que je vais dire oui. Et toi, as-tu un mari ? Comment s’appelle-t-il ? Est ce qu’il est gentil avec toi et gagne beaucoup d’argent ? J’espère que tes enfants sont gentils et que tu aimes ton travail. Moi je veux être institutrice maternelle. J’aime beaucoup les enfants et j’aime bien faire des bricolages.

Chèr (Cher) journal

Papa fait vraiment chier ! Non mais il se prend pour qui ?! Il vient dire aurevoir avec Timo, il rentre sans frapper dans ma chambre et m’enguirlande. En éteignant la radio il dit : Je veux pas que t’écoutes ça ! » Non mais tous le monde écoute fum radio ! C’est pas parce que ils parlent de sexe que je vais devenir une mauvaise fille. Franchement je sais quand même ce qui est bien ou pas. C’est quand même lui qui m’a élevé ! Et puis, j’aime bien la musique. Sur les autres chaînes ils passent que d’la m***! Bon, il est tard et je dois commencer ma rédaction. Il m’a énervé ce con, j’ai rien fait, comme d’habitude. Je déteste le néerlandais ! Je dois rendre le devoir pour demain 3ème heure. Pfff fait chier ! En plus y a Eva qui danse dans sa chambre à côté. Ça fait 3 fois qu’elle repasse le CD de Salim Mayon en boucle, ça commence à bien faire. Je vais commencer par les tests PMS sur mes choix d’études, ça me calmera les nerfs.

(Plus Tard)

J’ai rempli la grille. Les résultats disent : Social, Artistique, Littéraire. Je m’en doutais. Je dois aussi soumettre 3 métiers que j’aimerais découvrir : Publiciste, Psychologue, Garde Forestier. Je vais dormir, tant pis pour le néerlandais. Bonne nuit, à demain.

Chère moi, Demain, nos cours sont suspendus pour la matinée. J’ai rdv avec Madame Lemure, je l’aime bien, elle m’impressionne. Tous les rhétoriciens rencontrent leur guide pédagogique et doivent soumettre leur projet d’étude. A 10h20, on a une conférence à la salle polyvalente : un discours de la Directrice et des Anciens de l’école. Il y aura le frère de Jean. Il a terminé depuis longtemps mais je le connais parce que on a fait le camps en Provence ensemble. Il va bientôt se marier. Il a créé une entreprise de commerce équitable. C’est formidable le parcours qu’il a eu. J’espère que plus tard j’aurai autant de courage pour réussir ma vie. J’ai décidé de faire l’ examen d’entrée de théâtre l’an prochain. Jean-Denis me dit que c’est une bonne école. J’aime bien ce prof, il est très professionnel! Et les cours à l’académie sont vraiment poussés. L’an dernier, j’ai reçu le prix du jury. Je sais que maman préfère que je fasse des études mais pourtant, elle a quand même l’air de m’encourager. Sinon, mon deuxième choix, c’est histoire de l’art à l’université. J’ai déjà été à la journée Portes Ouvertes avec Sabine. Je me souviens, on était dans un gigantesque auditoire et le prof a dit : regardez bien à votre gauche et à votre droite. Dans un an, un seul de vous trois restera. Ça fait flipper. Il est déjà 23h22, je vais me coucher.

Mardi 18 avril

C’est fini ! Je suis crevée. La formation s’est super bien passée ! J’en ressort grandie et vivifiée. Les animateurs sont trop choux. Lors de la dernière UF, ils m’ont couverte de mots doux et complimentée. J’adore ce que je fais. Et l’équipe de formateurs est phénoménale. Ce n’est que du bénévolat, mais on est vraiment bien organisé et, sans vouloir nous lancer des fleurs, tout roule comme sur des roulettes. Pat m’a encouragée à faire des études d’assistante sociale. Il dit que je suis faite pour être sur le terrain et que j’ai déjà toutes les compétences requises. Apparemment, c’est mieux qu’éduc parce que le diplôme amène à plus de débouchés. De plus, je peux gagner ma vie en travaillant en journée tout en poursuivant mes études à horaires décalés. Je ne suis pas faite pour les études d’instit primaire. J’ai adoré les classes vertes parce que l’éducation et le civisme me guident. Mais l’idée de corriger des devoirs et préparer des cours de math et néerlandais me répugne. Dans six jours c’est le début du stage et j’ai rien préparé. Sans compter sur le fait que dimanche y a la réunion à Liège pour la Pâque familiale. Jcrois que je vais pas faire le stage et continuer l’année. Je vais rien dire à maman.

Dimanche 22 septembre

Demain, a lieu sur le temps de midi, une rencontre profs/élèves concernant les demandes de stage à l’étranger. J’ai choisi les relations Nord/Sud et les ONG comme thème de mémoire. Je sais que partir à Calcutta pourra m’être une expérience bénéfique. Isaline a déjà tout préparé mais… je ne le sens pas. Il faut dire qu’elle a cette habitude de tout commander… je l’adore, c’est pas ça mais, y a un truc qui cloche et je crois que je devrais écouter ce que je ressens. Je sais pas encore comment je vais lui dire. De toute façon, ça peut être intéressant d’assister à la réunion. Ce we je fais 12-20 et 6-13 à la boulangerie. Je pourrai pas aller à l’anniversaire de Siloé. C’est dommage mais c’est comme ça. Je dois dire que je suis contente de ne plus être à la maison. Je prends ma vie en main comme une adulte responsable.

Mercredi 17 septembre 

Youpiiiie ! Ma candidature a été retenue, je commence mon premier job lundi prochain !! Le Directeur avait été super sympa mais j’étais quand même pas certaine…

1er mai

Incroyable !!! ça doit être le karma… Je rentre de voyage, je me dit que je dois trouver un job et économiser pendant un an. Puis, je pars faire le tour du monde. Et Vlà-ti-pas que Laure me dit justement qu’ils cherchent des a.s. pour le nouveau centre qu’ils viennent d’ouvrir. Elle m’a donné son numéro. Je peux commencer tout de suite et c’est super bien payé.

19 janvier

On a bu un verre avec les collègues à la mémoire d’Andrzej. Il a été retrouvé sous sa tente. Faut dire qu’il fait particulièrement froid cet hiver. Je suis contente que la semaine soit finie. Il était temps. Antoine est parti en répète, je m’ennuie. Je vais aller m’enfoncer sous la couette avec un film débile.

26 novembre

J’ai beaucoup pleuré à la séance aujourd’hui. La psy m’a dit : «  C’était une séance très riche ». Depuis que je suis en arrêt de travail, je dors énormément. Je suis à fleur de peau. Il paraît que ça peut prendre plusieurs années avant de se remettre d’un burn-out.

6 mars

Je me sens perdue. J’ai eu rendez-vous avec le médecin-conseil. Il m’a posé plein de questions. J’ai peur qu’ils me demandent de retourner sur le marché de l’emploi. A l’heure actuelle, il est hors de question que je retourne travailler dans ce secteur. Je ne veux plus refaire les même erreurs qu’auparavant. Mais à quoi suis-je destinée ? Quelles qualités puis-je mettre en avant ? Reprendre de nouvelles études ? Trop crevant . Je n’ai ni l’énergie, ni l’argent. Que veux-je pour mon futur ? … Quelle galère ! J’ai l’impression d’être revenue à mes 18 ans. Après tout ce que j’ai traversé avec ma maladie, je sens que je peux petit à petit me détacher des choses mais je reste incapable de prendre des décisions. Ai-je vraiment grandi ?

Octobre

J’ai 30 ans, je suis célibataire, sans travail et je squatte chez mon ex (enfin, dans un appart qui lui appartient). Je n’ai plus de vie sociale, pas d’activités, une mère décédée qui me manque terriblement, j’ai perdu mes rêves, je ne vais nulle part et ma vaisselle s’entasse. Bien sûr, j’ai un toit, des proches qui m’aiment, le nécessaire pour vivre, mais malgré tout… Il faut que je continue d’avancer.

J’ignore totalement comment ça a pu arriver !!

Dans ma bibliothèque, j’ai retrouvé une enveloppe que j’ai écrite quand j’étais en 3ème primaire ! Trop mignon, J’avais dessiné des fleurs dessus… À l’intérieur, se trouvait sur papier ligné, une lettre à l’encre mauve (je me souviens avoir piqué le pot dans le bureau de ma mère) intitulée : A ne pas ouvrir avant mes 30 ans, souligné 2x.

Quelle naïveté qu’est l’enfance. Comment garder cette candeur dans ce monde de brutes ? C’est fou la vision qu’à un gamin du monde adulte. Je fête mon anniversaire, le temps me rattrape. Je suis loin du compte! C’est à la fois angoissant et grisant. Je peux être qui je veux. Bonjour la pression ! Et je fais quoi avec tout ça ?

Longue vie à moi !

Life is a rainbow

postalement dédicacé à Gérome

 » Un nouveau jour se lève. L’air est doux. Pieds nus dans le sable un chiot me suit.

  Papaye, ananas, raisins composent mon déjeuner.

  Devant mes yeux, la mer… et sur un fil, un martin pêcheur.

  Je contemple et je souris.

  Il tourne sur lui-même Comme pour que je puisse mieux admirer son plumage chatoyant

  Merci l’oiseau, grâce à toi ma journée commence en turquoise « 

Tu peux être celui que tu veux

 postalement dédicacé à colibri

" Que la mer soit calme ou agitée L'horizon est toujours le même

Ce matin je me suis réveillée avec des envies de grandeur

A pieds nus je suis partie vers le sommet de la colline Là où le vent souffle plus fort

et où seuls le cri des aigles et le bruit des vagues s'engouffrant dans les rochers parviennent à mes oreilles

Le soleil tape

Malgré la fine pellicule de brume Un nouveau paysage se dessine sous mes yeux

Qu'il est bon de temps en temps de changer d'angle de vue "