Césaria

Elle portait un ensemble rouge qui lui allait à ravir. Ses jambes étaient rallongées par des escarpins dorés dont les talons vertigineux auraient embarrassés plus d’une femme. Elle illuminait l’assemblée et ne semblait même pas se rendre compte de l’attraction qu’elle provoquait. Césaria, elle, ne quittaient pas la scène des yeux. Elle frappait des mains d’une manière vive, avec la même joie qu’un enfant à qui on annonce qu’il a droit à une crème glacée.

Quiconque l’aurait regardée de bien plus prêt, aurait remarqué sa dentition imparfaite, son visage marqué avant l’âge, sa peau couvertes d’infimes cicatrices. Elle ne cherchait pas à être quelqu’un d’autre, elle était heureuse tout simplement. Et c’est pour cela qu’elle m’impressionnait. Elle profitait de ce que la vie avait à lui offrir comme si chaque instant était éphémère. Pas dans l’excès de ceux qui veulent trop en faire avant d’en mourir, non, c’était autre chose. J’avais envie de la gâter rien que pour son sourire. Ressentir une infime partie d’instantanéité. Une dose d’émerveillement, une piqûre de vie.

Publicités

envie de dire quelque chose ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s